Depuis 62 ans que le cabinet existe, nous avons eu l’occasion d’assister de nombreuses victimes et d’obtenir des indemnisations justes, équitables et avant tout réparatrices pour les victimes.

Vous trouverez ci-dessous des exemples de dossiers que nous avons menés à bien. Des cas parfois complexes, d’autres au contraire très simples, mais tous prouvent l’utilité d’être assisté par des spécialistes de l’indemnisation.

Reprise d’un dossier et de l’expertise suite à une première offre

Mme Nadia B., conductrice, est victime d’un accident de la circulation début 2018.

 

Blessures : traumatisme cervical. Un traitement symptomatique sera mis en place ainsi que des soins de kinésithérapie. Quelques jours plus tard, elle se plaint de troubles à la conduite automobile.

 

Expertisée par l’assureur à 2 reprises (Novembre 2018 et Avril 2019) avec les conclusions suivantes :

  • Consolidation : Mars 2019
  • DFP : 1%
  • Souffrances Endurées : 1.5/7

 

La proposition finale à 2 991.97€ par la compagnie d’assurance…

 

S’estimant lésée car elle poursuit toujours activement des soins notamment pour résoudre sa phobie à la conduite automobile, elle décide de contacter une agence de SOS RECOURS en janvier 2020.

 

Une première étude du dossier est réalisée conjointement avec le médecin expert de SOS RECOURS. Le dossier médical est reconstitué, préparé et réévalué.

Lors de la contre-expertise sollicitée par SOS RECOURS, en décembre 2020, la victime est alors assistée par son médecin expert de recours.

 

Les nouvelles conclusions médicales retiennent désormais :

  • Consolidation : Septembre 2019
  • Déficit Fonctionnel Permanent : 3 %
  • Souffrances Endurées : 2/7

 

L’indemnité négociée par SOS RECOURS, s’élève désormais à hauteur de la somme de 11 408,64 €.

Cas de blessures légères

M. Gregory F. est victime d’un accident de scooter en Novembre 2018 car un véhicule a fait une marche arrière dans une impasse alors que le scooter était à l’arrêt.

 

Le bilan lésionnel retrouvait : une entorse du rachis cervicale, du rachis lombaire ainsi que du poignet. L’ITT sera de 0 jours et l’arrêt de travail de 1 mois.

 

Il nous confie la gestion de son dossier et nous mettons en place une expertise contradictoire amiable entre le médecin de l’assurance et notre médecin conseil de victime.

 

L’évaluation retiendra un taux de séquelles de 2% et des souffrances endurées à hauteur de 2/7.

 

Nous obtiendrons de l’assureur adverse après négociation une indemnisation à hauteur de 7651,40€.

Reprise d’un dossier pour la négociation indemnitaire et oubli du préjudice scolaire par l’assureur

M. Gauthier M., victime d’un accident de moto en Novembre 2018. Un véhicule a effectué un demi-tour sur la chaussée devant la moto. Le choc frontal était inévitable.

 

Blessures : Fracture tiers moyen de la clavicule gauche et pneumothorax

 

La fracture évoluant vers une pseudarthrose, une opération chirurgicale est réalisée en Mai 2019.

Il sera vu en expertise par un médecin expert désigné par l’assurance en Octobre 2019.

 

Ce dernier établira les conclusions suivantes :

 

  • Consolidera : Octobre 2018 (seulement 3 mois après son opération de la clavicule !)
  • Déficit Fonctionnel Permanent : 5 %
  • Souffrances Endurées : 2/7
  • Préjudice Esthétique : 1/7
  • Aide humaine 3h par semaine pendant 8 semaines
  • Aucuns autres postes de préjudices

 

Enfin la proposition d’Allianz s’élèvera au total à 14 453.12€.

 

La victime contacte SOS RECOURS car elle conteste l’offre mais surtout le rapport d’expertise.

En effet, la victime n’a pu passer ses examens (épreuve pratique) pour son CAP d’électricien et l’expert ne l’a pas retenu dans ses conclusions.

 

SOS RECOURS a pris avis auprès l’un de ses médecins pour connaître les possibilités de contestation du rapport. Ce dernier n’a pas jugé utile de contester les conclusions.

Cependant SOS RECOURS a traité le dossier pour sa phase de négociation pour réévaluer tous les préjudices et faire valoir un préjudice scolaire.

 

Le cabinet à obtenu de l’assureur une majoration de tous les préjudices, notamment :

 

  • Souffrances Endurées de 1800€ à 3000€
  • Déficit Fonctionnel Permanent 5% : 7775€ à 9750€
  • Assistance par Tierce Personne : 240€ à 360€
  • Préjudice Esthétique : 900€ à 1500€

 

Enfin, nous avons fait valoriser le préjudice scolaire de la victime à hauteur de 7500€.

 

L’indemnisation définitive obtenue s’éleva au total à 26 176.12€, soit une plus-value de 81% !

Cas d’une victime avec expertise psychiatrique et incidence professionnelle

Mme Céline T., passagère d’une moto et percutée par une voiture en 2017.

 

Elle subit une fracture de la vertèbre L1 et une fracture de la diaphyse du 4eme métacarpien du pied gauche. – ITT de 45 jours sera par la suite réévaluée à + de 90 jours.

 

Elle sera expertisée à 3 reprises par le médecin de la compagnie d’assurance contradictoirement avec le médecin de SOS RECOURS. Elle sera également vu par un expert psychiatre car l’accident fut extrêmement violent et elle souffrira par la suite d’un stress post-traumatique et un état dépressif secondaire à l’accident. L’expert retiendra un taux de séquelles de 6% sur le plan psychiatrique ainsi qu’une incapacité à reprendre son travail d’infirmière en service d’urgences.

 

Les conclusions définitives feront état d’un taux de séquelles global de 15%, des souffrances endurées à hauteur de 4,5/7, d’un préjudice esthétique temporaire de 3/7 et d’un préjudice esthétique permanent de 2/7, d’un préjudice d’agrément car ne peut reprendre la moto et enfin de frais futurs (prise en charge de consultations psychiatrique pendant 6 mois).

 

Enfin, un préjudice professionnel est reconnu dans la mesure où la victime reprendra un poste administratif au sein de l’hôpital.

 

Après de longues négociations, nous obtiendrons une indemnisation de près de 500 000€, dont plus de 350 000€ au titre des pertes de gains professionnels futurs !

Cas d’une non reconnaissance du besoin en aide humaine et d’aménagement de domicile pour une victime

Bilal J., accident de scooter non responsable face à une voiture. Il aura subi de nombreuses blessures aux membres inférieurs.

 

Indemnisation de près de 250 000€, dont 45 000€ d’incidence professionnelle.

 

Dans ce dossier, l’expert de l’assurance n’a pas voulu reconnaitre le besoin en aide humaine de la victime ni la nécessité d’un aménagement du véhicule et du domicile pour une victime avec 30% de Déficit Fonctionnel Permanent.

 

Nous avons dû faire faire une expertise judiciaire pour faire reconnaitre ces préjudices et avons eu gain de cause.

 

L’aide humaine viagère a ainsi été indemnisé à plus de 30 000€ !